Retour à la page précedente

La yohimbine du 10 Novembre – Programme.

La « Yohimbine », une émission Toulousaine exclusive sur radio FMR. Tu peux nous écouter sois en streaming (: http://giss.tv:8000/radio-fmr.mp3.m3u) ou sur la bande FM (89,1 MHz-Toulouse), tous les dimanches soirs à partir de 20 h. Sens de l’humour, esprit provocateur, des animateurs vigoureux, des invité(e)s, des billets d’humeur, des rubriques, des chroniques, des découvertes d’artistes musicaux avec un soupçon de musique alternative et beaucoup de rock psychédélique… Voila! La recette de la « Yohimbine ».

Page Facebook de l’émission : https://www.facebook.com/pages/La-Yohimbine-Emission-radio-sur-FMR-8910-Mhz/210105625784295

Nos invité(e)s : MAKG ♦ Site internet : https://soundcloud.com/makg-toulanga. Clément est sénégalais, il vit et étudie à Auch. Au printemps 2007, il rencontre Simon, un bigourdan qui revient du Sénégal. Tous les deux ont une passion commune pour la musique et le chant. Leur amitié marque le point de départ de MAKG. Clément a appris à chanter dans les églises chrétiennes de Dakar et c’est un de ses grands frères qui lui a enseigné les rudiments de la guitare. Simon quant à lui, a grandi aux sons de la chanson française, du reggae et du hip-hop qu’il découvre adolescent alors qu’il pratique le dessin et s’intéresse aux spectacles vivants. A 20 ans, il ne résiste pas à l’envie d’aller poser ses textes dans des sound systems de Toulouse. Hiver 2008, Simon retourne au Sénégal, hébergé à Grand Yoff par la famille de Clément. Il enregistre un album avec des artistes sénégalais et avec Paul Ernest Sambou alias Bugz, un music maker Dakarois. A son retour, les deux acolytes décident de collaborer ensemble. Ils chantent et réécrivent leurs textes sur des musiques improvisées, au style nayambigui, folk et reggae. Ils sont rejoints d’abord par Steeve à la basse et à la percussion, puis par Mathieu alias Shakey Mat, un ami harmoniciste de Blues. C’est à cette période qu’ils commencent à façonner leur identité musicale, de la « variété roots sénégauloise ». Le français, le wolof et l’harmonica dialoguent à trois, chacun prenant sa place avec ses textes et ses mélodies, accompagnés par la guitare de Clément et la basse ou la percussion de Steeve.

En 2009, ils forment le groupe MC SERGENT AK GUELWAR, pseudonymes respectifs de Simon1 et de Clément. Ils jouent avec des batteurs intérimaires pendant deux ans, ils rencontrent Eddy un pianiste expérimenté et proposent à Djibril, un danseur qui les accompagne, d’assurer les percussions. Le groupe est parfois accompagné par une guitare lead. Ensemble ils réarrangent une douzaine de leurs compositions aux influences reggae, hip-hop et folk dont les thèmes sont inspirés d’histoires autobiographiques. Mc Sergent et Guelwar y parlent de leurs indignations mais aussi de leurs espoirs face aux injustices sociales. Ils effectuent leurs premiers concerts l’été 2009. Durant l’hiver Simon, Clément, Djibril et Mathieu séjournent un mois au Sénégal où ils jouent en acoustique, chez l’habitant, au Café des Arts de Thiès et au théâtre Daniel Sorano de Dakar ! A leur retour ils créent l’association TOULANGA DIFFUSION avec laquelle ils produisent quatre titres fin 2010 qu’ils diffusent sur internet et à leurs concerts. En deux ans, MC SERGENT AK GUELWAR a effectué plusieurs concerts en région Midi-Pyrénées, dans des soirées privées, pour des associations, des comités des fêtes, dans des bars, des festivals et des salles de musiques actuelles. L’accueil du public est toujours chaleureux et encourageant. Le groupe veut faire plus de scènes et continuer à composer, mais le turn-over de batteurs freine sa progression. Au printemps 2011 le groupe se stabilise enfin, avec l’arrivée de Laurent leur batteur et grâce au soutien de la MJC des Ponts Jumeaux de Toulouse et du Pôle musical BE ACOUSTIC de Tournefeuille. Ils offrent au groupe des moyens de répétition et font la promotion de sa musique ainsi que de TOULANGA DIFFUSION. MC SERGENT AK GUELWAR change de nom et devient MAKG. Le groupe compose et arrange MC SERGENT AK GUELWAR change de nom et devient MAKG. Le groupe compose et arrange des morceaux. En 2013, il enregistre son premier album « Demain est dans nos mains » au studio associatif WOODIE avec Sébastien à la technique. L’album est mixé et masterisé par Bugz au studio DJIDJACK MUSIC de Dakar. des morceaux.

Le billet d’humeur sera «  Je ne sais rien, mais je dirai tout » : Quelle époque formidable ! La leader d’extrême droite (oops, procès en vue) n’aime pas les barbes et les habits des otages d’Arlit. Délit (ou délire) de faciès et de vêture, ça c’est de la dé-diabolisation, mon coco (oops, pardon, mon facho). Madame la blonde leader à grosse voix prétend une fois encore dire tout haut ce que les Français pensent tout bas. Oui, tout bas, très très très bas, à peu près au niveau de l’égout. Une gamine de la manif pour tous accueille la grande Christiane Taubira avec une banane, “pour la guenon”.  Pfff… J’ai la nausée! Passez-moi la cuvette. Merci, ça va mieux.

La rubrique musicale parlera de « Ty Segall – Sleeper (2013) » : Les années se suivent et se ressemblent pour le petit prince de la scène californienne qui sort donc avec Sleeper son 10e album en 5 ans avant le tout autant attendu premier album de Fuzz, son nouveau groupe . Après le triplé gagnant (Hair, Slaughterhouse et Twins) de l’an passé qui l’aura vu changer de division des deux côtés de l’Atlantique, on était curieux de connaître la teneur de ce Sleeper. Ty Segall offre un nouvel album en tout point remarquable, une preuve supplémentaire du talent hors-norme de son auteur. En écoute ici : http://youtu.be/kQZvpkNjA2o

La petite gâterie de la soirée sera «  Les chats sont-ils des espions à la solde des extraterrestres ? » : C’est la rubrique des activités immorales, du journalisme d’investigation à deux balles et des débats de merde.

Une enquête des plus sérieuses sur les théories conspirationnistes qui circulent sur le Net

Résumé : Ces grands yeux enregistrent-ils chacun de vos mouvements pour le compte de leurs maîtres extraterrestres ? Une théorie conspirationniste dit que oui. Image de Keith Kissel via Wikimedia Commons. Prenez garde, peuple des chats. Une théorie en plein essor sur Internet vous demande des comptes. Ce n’est pas celle qui dit que la grande popularité des chats auprès des humains est due à des parasites présents dans leur merde, bien que cela soit déjà très inquiétant. C’est pire que ça.

Il semblerait que les chats domestiques soient des sentinelles extraterrestres envoyées pour nous espionner et rapporter leurs moindres découvertes à la maison-mère – ou, comme le posent certains théoriciens, ils sont les yeux des extraterrestres.



Bookmark and Share

Mots-clefs : , , ,