Retour à la page précedente

La yohimbine du 8 Décembre – Programme.

La « Yohimbine », une émission Toulousaine exclusive sur radio FMR. Tu peux nous écouter sois en streaming (: http://giss.tv:8000/radio-fmr.mp3.m3u) ou sur la bande FM (89,1 MHz-Toulouse), tous les dimanches soirs à partir de 20 h. Sens de l’humour, esprit provocateur, des animateurs vigoureux, des invité(e)s, des billets d’humeur, des rubriques, des chroniques, des découvertes d’artistes musicaux avec un soupçon de musique alternative et beaucoup de rock psychédélique… Voila! La recette de la « Yohimbine ».

Page Facebook de l’émission : https://www.facebook.com/pages/La-Yohimbine-Emission-radio-sur-FMR-8910-Mhz/210105625784295

Nos invité(e)s : My Imaginary Loves ♦ Site internet : http://www.myimaginaryloves.com/. My Imaginary Loves est un groupe féminin formé à Toulouse durant l’été 2010. Les quatre membres viennent de la scène rock indé / dark de la ville et ont fait leurs armes au sein de Call Me Loretta, groupe noisy rock, Die / Die ! My Darling !, E Becomes I, aux sonorités plus folk ou Downfall, quatuor dark folk gothique. Les compositions allient une sensibilité pop à des résonances beaucoup plus sombres et dissonantes, traduisant l’infuence de groupes comme Sonic Youth, Blonde Redhead mais aussi Electrelane ou The Cure.

«Unemotional», premier EP de My Imaginary Loves est enregistré en quatre jours et mixé en été 2012. Privilégiant l’urgence, préférant les sonorités naturelles des instruments et voix aux traitements en postproduction, l’objectif était de mettre l’accent sur l’émotion et la dynamique des six titres composant l’EP. «Unemotional» est sorti en vinyl 10 » fin 2012 sur le label Dead Bees records.

Le billet d’humeur sera une « Chroniques de l’éveil » : Ce billet d’humeur sera une manière de sortir du stress de la vie quotidienne est de prendre conscience de sa respiration car dans la respiration se trouve un accès au calme, à la paix intérieur, et cet accès est disponible tout le temps. Ou vous expliquera dimanche soir, comment atteindre ce potentiel, où le trouver?

La rubrique musicale parlera de « Audacity – Butter Knife (2013) » : Quatuor venu de Fullerton en Californie, Audacity vient de sortir son 3e album à ce jour, si l’on compte bien (Power Drowning en 2008 et Mellow Cruisers en 2010). Progressivement, ils ont fait évoluer le son de leurs enregistrements, plus clair, tout comme leur formule, moins foutraque. A tel point que ce Butter Knife n’a plus rien avoir avec les débuts lo-fi du groupe. Certains puristes s’en offusqueront, pas nous, tant les compositions de ce Butter Knife s’avèrent convaincantes. Point besoin de tendre l’oreille pour déceler la preuve de leur talent, ici c’est l’évidence même.

En écoute ici : https://soundcloud.com/suicide-squeeze-records/sets/audacity-butter-knife

La petite gâterie de la soirée sera «  Elle s’appelait Wendy O. Williams, et c’était mon type de meuf » : Lâchez-nous un peu avec Miley Cyrus et Lady Gaga, Wendy a déjà tout fait en mieux. C’est la rubrique des activités immorales, du journalisme d’investigation à deux balles et des débats de merde.

Résumé : Elle a passé des guitares à la tronçonneuse. Elle a défoncé des télés à coup de masse. Elle a explosé des Cadillacs et des voitures de police sur scène. Elle a fait peur à tous les labels qui comptent, aux forces de l’ordre du monde occidental et à l’Amérique de Ronald Reagan. Et elle a fait tout ça torse nu, avec une crête, du scotch sur les tétons et une mitrailleuse dans le cœur. Elle s’appelait Wendy O. Williams, et c’était mon type de meuf.




Bookmark and Share

Mots-clefs : , , , , ,