L'IMPROMPTU

Magazine culture, arts, créations...

Le magazine culturel de Radio FMR...

L'émission de la création et de la culture à Toulouse et en région sur les ondes de Radio FMR Le jeudi de 12h à 13h. Une émission produite et animée par Monique Blanquet...

Emission : ManifestO, du 18 Septembre au 3 Octobre 2015 Cours Dillon


http://www.festival-manifesto.org Podcast L'impromptu Production

Manifesto 2015 Laurent Millet by Radiofmr on Mixcloud

Invité d’hon­neur, Laurent Millet est président du jury du 13° festival ManifestO Photographe et plasticien, il compose les chapitres d’une encyclopédie imaginaire, peuplée d’objets qu’il construit puis photographie dans des décors naturels ou dans son atelier. Ses assem­bla­ges sont des hybri­des d’objets tra­di­tion­nels, scien­ti­fi­ques, archi­tec­tu­raux, aussi bien que d’œuvres d’artis­tes dont il affec­tionne le tra­vail. Chacune de ces cons­truc­tions est l’occa­sion de ques­tion­ner le statut de l’image : son his­toire, sa place, les phé­no­mè­nes phy­si­ques qui s’y rat­ta­chent et ses modes d’appa­ri­tion. Laurent Millet, Prix Nadar 2014, vit et tra­vaille à La Rochelle et est ensei­gnant à l’École Supérieure des Beaux Arts d’Angers. Titulaire d’un DNSEP, il a été l’assis­tant de Lucien Clergue puis de Jean Dieuzaide. Podcast L'impromptu Production

Manifesto 2015 Olivier Brossard by Radiofmr on Mixcloud

Lauréat 2015, Olivier Brochard... Jade, c’est son nom, est le lieu d’une car­to­gra­phie ima­gi­naire, d’un Pays-Milieu, d’une Femme- Chine rê­vée et vivante. C’est le por­trait en creux d’une allé­go­rie de la pho­to­gra­phie, de mon rap­port à cette écri­ture. Il y a là le contact et l’insai­sis­sa­ble sur un conti­nent d’incom­pré­hen­sion, la foi en la ren­contre insen­sée, comme celle en un acte pho­to­gra­phi­que qui parle sans ouvrir la bouche. Je tiens là le jour­nal d’un monde sen­suel et fuyant que je ne peux rete­nir. À ce degré de trou­ble, vivre et pho­to­gra­phier se super­pose comme deux ondes en phase. Dès lors le voyage sourd laisse une sen­sa­tion d’empreinte, comme celle de la pres­sion des doigts sur une étoffe de soie qui froisse et se creuse. Podcast L'impromptu Production

ManifestO 2015 Emilie Gomez by Radiofmr on Mixcloud

Lauréate 2015, Emilie Gomez... La série de pos­ters « Parc des expos » pré­sente dif­fé­rents lieux où l’écart entre per­cep­tion et réel est rendu sen­si­ble par l’absur­dité des moyens mis en oeu­vres pour « vendre » le rêve : Village témoin, parcs à thème, salons, foires.
Les mises en scène, éclairages, et autres sub­ter­fu­ges sont d’autant plus criants que les maté­riaux sont pau­vres, et les papiers peints abimés. Là une porte mala­droi­te­ment déro­bée nous pousse à nous inter­ro­ger, non plus seu­le­ment sur les des­ti­na­tai­res du rêve, mais également sur ses déten­teurs peu scru­pu­leux. Podcast L'impromptu Production

Manifesto 2015 Zacharie Gaudrillot-Roy by Radiofmr on Mixcloud

Lauréat 2015, Zacharie Gaudrillot-Roy... La façade est la première chose que l’on voit, c’est la surface d’un bâtiment. Elle peut être imposante, superficielle, ou encore évoquer une certaine sécurité urbaine. J’ai toujours aimé parcourir la ville, errer au fil des rues, observer et imaginer ce qui se cache derrière les murs... une lueur derrière un volet entrouvert, un bruit à travers une fenêtre, des rires et des larmes, anonymes, comme un numéro sur une porte. Tout peut paraître étranger, faire naître l’angoisse comme la curiosité. Il s’agit là d’une errance dans une ville que l’on ne connaît pas, d’une première rencontre où tout est à construire. Podcast L'impromptu Production

Manifesto 2015 Rebekka Deubner by Radiofmr on Mixcloud

Lauréate 2015, Rebekka Deubner en compagnie de Monique Blanquet journaliste L'impromptu sur Radio FMR à Toulouse. Pour raconter la pré­fec­ture de Fukushima et son pay­sage acci­denté, j’ai choisi de rendre compte d’un lieu tout en sur­face, mor­celé et sen­si­ble, privé de ligne d’hori­zon. Mes images reflè­tent les contra­dic­tions et contrain­tes qui m’ont accom­pa­gné tout au long de mon che­mi­ne­ment : le besoin, l’envie de mon­trer la modi­fi­ca­tion des formes, engen­drée par l’acci­dent nucléaire et l’invi­si­bi­lité de cette modi­fi­ca­tion, cette dégé­né­res­cence interne. L’envie de m’appro­cher le plus pos­si­ble de la zone inter­dite et de la cen­trale, mais l’impos­si­bi­lité phy­si­que de m’y rendre, puis la prise de cons­cience que ce n’était pas ce qui m’impor­tait. L’image ici ne révèle rien, elle est l’élément déclen­cheur de notre ima­gi­na­tion, ouvrant la route à l’essen­tiel : ce que l’on ne voit pas. http://www.festival-manifesto.org