Archive pour le mot-clef ‘live’

Vend 4 Déc les Curiosités du Bikini vol.25 avec CHASSOL x BON VOYAGE ORGANISATION x DJ NO BREAKFAST & TIMO HATEAU @ Le Bikini

Lundi 30 novembre 2015

Vendredi 4 Déc “Les Curiosités du Bikini vol.25″ avec CHASSOL “Big Sun” + BON VOYAGE ORGANISATION + DJ NO BREAKFAST & TIMO HATEAU.

Pour cette 25 ème édition on a décidé de vous faire voyager !!!! avec …

CHASSOL « Big Sun »
http://www.chassol.fr/

Avec Big Sun, son rayonnant quatrième album, Christophe Chassol clôt sa trilogie d’ultrascores (la méthode d’harmonisation du réel qu’il a développée) commencée à la Nouvelle-Orléans créole (Nola Chérie, 2011) et poursuivie en Inde (Indiamore, 2013).
En mars 2014, il part pour la Martinique, d’où sa famille est originaire, ces Indes de l’ouest au cœur de ce qu’il souhaite exprimer de plus personnel et de plus universel. Avec la chef opératrice Marie-France Barrier et l’ingénieur du son Johann Levasseur, ils filment et enregistrent des rencontres, des scènes de la vie quotidienne, le carnaval: un documentaire impressionniste qui constitue la matrice de Big Sun.
Au retour, il compose, monte, assemble, répète et crée les 27 plages d’une odyssée de l’espace antil- lais en 70 minutes. Big Sun allie le sifflement d’un oiseau et celui de Pipo Gertrude, la poésie de Joby Bernabé, la conversation d’une habitante de la montagne, le rap de Sissido et Samak, la flûte de Mario Masse, le carnaval de Fort-de-France, les conques, le son de la mer ou le chahut d’une partie de domi- nos. Et de somptueuses pièces comme La Route de la Trace ou Reich & Darwin, qui surgissent au détour d’un virage et nous éblouissent.
Après X-pianos, Indiamore et Ultrascores, Chassol réussit à progresser encore, à renouveler ce langage harmonique qui l’identifie immédiatement. A rebours des chansons qui se construisent autour de trois accords inchangés, il enroule ses canevas complexes autour d’une mélodie immuable. Comme par effet d’optique la voix ne bouge pas mais donne l’impression d’évoluer grâce aux substitutions d’accords et des combinaisons sonores d’une grande sophistication.
Il en est de même des rythmes, où Chassol se joue de la métrique et des mesures composées avec une égale fluidité. Rien n’est normé et pourtant tout parait normal, il faut beaucoup d’aisance technique pour parvenir à un tel résultat, et encore plus d’élégance pour en dissimuler la complexité. Pas de métronome, pas de séquencer, tout est joué au fil des mots, des bruits, du chant des oiseaux et de la musique intérieure de Chassol. Comme sur les albums précédents Lawrence Clais est aux baguettes, ils sont rejoints au fil du parcours par Jocelyn Mienniel à la flute, Alice Lewis au chant ou Bertrand Burgalat à la basse.
Chassol joue avec naturel des choses qui ne le sont pas. Frank Ocean ne s’y est pas trompé, puisqu’il a fait appel à lui pour son prochain album. Laurie Anderson, Terry Riley et Gilles Peterson non plus. La Martinique de Big Sun pulvérise les clichés, les codes et les catégories musicales. Capitaine Nemo en Fender Rhodes, Chassol nous entraine dans un étrange voyage organisé. Ce qu’il perçoit dans son so- nar, son interprétation de la réalité, nous la percevons aussi. Cette île mystérieuse c’est lui, et c’est nous.



BON VOYAGE ORGANISATION
http://bonvoyageorganisation.com/

Tout commence à Chicago, sur le label de Jamal Moss aka Hieroglyphic Being, Mathemathics Recording, réputé pour son bout gout et son intransigeance. Bon Voyage s’appelle encore Les Aéroplanes et sort un maxi (Impersonnel Naviguant) dédié aux latitudes orientales. Une fois renommé, on change de point de chute : Londres, pour deux EPs (Sorciers des Aéroports, L’Imposture). À chaque fois, le son s’étoffe, un instrument se rajoute, la feuille de route s’élargit avec l’horizon. Les dancefloors acquiescent d’un même geste. La preuve : on retrouve Bon Voyage sur la compilation des DJs incorruptibles du Berghain sortie à l’occasion des cinq ans des soirées Cocktail d’Amore. Comme une validation de la nouvelle dimension acquise par le groupe dans ses live nocturnes, purs moments d’incantations disco où le corps ne met pas longtemps à succomber. Le retour à Paris pour un nouveau disque préparé dans l’ombre annonce une avancée musicale dans la conquête « des seules terres vraiment lointaines qui vaillent la peine » pour sampler un chuchotement d’André Breton.
Pour cette nouvelle destination, un guitariste, un flutiste, et plusieurs chanteuses dont la popstar chinoise LiLijuan ont rejoint le groupe, qui devient alors un singulier orchestre sous le nom de Bon Voyage Organisation. Sans délaisser les rythmiques discoïdes sur fond d’imagerie aéronautique dont le groupe est familier, XĪNGYÈ est marqué par d’autres obsessions chères à Adrien Durand le leader de cet improbable équipe et nous invite dans une étrange odyssée. Si “La Traversée” propose une vision futuriste de la chine de Deng Xiao Ping, “Love Soup” penche vers le roman noir transposé du Los Angeles des années 50 aux comptoirs ELF d’Afrique Occidentale. Le disque propose un curieux équilibre entre une formule rythmique disco menée avec precision par le batteur Nicolas Ballay et une sorte de paysagisme sonore essayant de tirer une ligne droite entre Gold et Ornette Coleman … Interrogé sur la tonalité très cinématique de sa musique, Durand cite régulièrement les liner notes de l’album Uncle Meat (1969) de Frank Zappa “Music for a film we haven’t got enough money to finish yet”. Pas n’importe quel film, un mélange entre Blade Runner et La légion saute sur Kolwezi réalisé par Dario Argento.


DJ NO BREAKFAST Audio-Visual Show

« China Dreams » : Voyage sonore et visuel, en collaboration avec TIMO HATEAU

DJ NO BREAKFAST, dj digger moitié du duo GUACHAFITA, toujours à la recherche des derniers courants musicaux qui cartonnent aux quatres coins de la planète s »associe
à TIMO HATEAU, vidéaste, touche à tout, réalisateur de clips et de films d’animation pour Pneu, Papier Tigre, Mermonte, pour vous présenter « China Dreams » une création originale réalisée spécialement pour les Curiosités.
Dans la continuité de son travail de remix des archives sonores chinoises du Musée du Quai Branly réalisé en 2012 en collaboration avec VECT, DJ NO BREAKFAST est invité en Septembre dernier à remixer les archives sonores chinoises de La Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine de la ville de Toulouse à l’occasion des Journées du Patrimoine et des 80 ans de la bibliothèque.
Pour les Curiosités il a décidé de vous présenter une version revisitée de ce live, savant mélange de paysages sonores, de musique electronique et de musique folklorique chinoise,
accompagné pour l’occasion des créations vidéos originales, abstraites et minimalistes de TIMO HATEAU .

http://djnobreakfast.tumblr.com/
http://www.mizotteetcabecou.com/

► Toutes les infos sur la soirée c’est par là : http://lebikini.com/programmation/concert/128100-les-curiosites-du-bikini-vol25-chassol-big-sun-bon-voyage-organisation-dj-no-breakfast-timo-hateau-vendredi-04-decembre-2015-le-ramonville-saint-agne.html

► Event Facebook: https://www.facebook.com/events/1673650656204276/ – See more at: http://djnobreakfast.tumblr.com/#sthash.aNEFZwIM.dpuf


Bookmark and Share

SAM 24 OCT ★ NOCHE DE CUMBIA ★ @ quartier Arnaud Bernard

Mardi 20 octobre 2015


DJ NO BREAKFAST
(de la GUACHAFITA) & YEAHMAN! vous propose Sam 24 Oct de 20h à 06h une NOCHE DE CUMBIA dans les bars du quartier Arnaud Bernard.

Event Facebook: https://www.facebook.com/events/1672679516351724/

On ne vous présente plus LA CUMBIA, une musique née en Colombie au XVIIe siècle, qui a conquit progressivement tous les pays d’Amérique Latine et qui, depuis quelques années déjà, a traversé les océans. La CUMBIA débarque samedi 24 octobre dans les bars du quartier d’Arnaud Bernard à Toulouse pour une nuit de fête et de danse endiablée.
1 compagnie de danse, 3 Groupes de musique et 5 DJs dont un invité spécial …

A bailar y a gozar con:

ARAUCARIA // OJALÁ // LOS GUAYABO BROTHERS Y SU PACHANGA MOHÁNICA // LA GÜAIRA CINÉTICA // DJ NO BREAKFAST (Guachafita) // YEAHMAN! // MARIA JAZMIN + DJ DALAÏ et notre « Special Guest from Paris »: MC C-IMPERATRIZ.

✖ Place des Tiercerettes ✖ au Txus ✖ à la Maison Blanche ✖ au Communard ✖ au Breughel ✖ à la Dernière Chance ✖

Toutes les infos sur la soirée via: http://guachafitabeats.blogspot.fr/2015/09/241015-noche-de-cumbia-quartier-arnaud.html


Bookmark and Share

Dim 20 Sept 16:30-18:00 ☛ DJ NO BREAKFAST « China Dreams » @ B.E.P. Toulouse.

Mercredi 16 septembre 2015

A l’occasion des 80 ans de la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine de Toulouse (BEP) et des Journées du Patrimoine, DJ NO BREAKFAST jouera en live les expérimentations issues de son exploration d’une collection de disques vinyles chinois cédés récemment par un particulier à la Bibliothèque.

☛ Rendez-vous le Dimanche 20 Septembre de 16h30 à 18:00, à la BEP, 1 rue du Périguord, c’est gratuit et ouvert à tous.
CE SOIR de 19:00 à 20:00 sur les ondes de Radio FMR découvrez un avant gout du live « China Dreams » de DJ NO BREAKFAST dans son émission « Mamie Van Doren In Xanadu« / »Guachafita Radio«   ( tous les mercredis depuis pas mal de temps déjà).

Pour en savoir plus sur le projet vous pouvez lire cette interview parue dans le Manifesta du mois de  Septembre (cf. page 19): http://www.calameo.com/read/0017859307f078acd5390
http://djnobreakfast.tumblr.com
http://guachafita.fr
http://facebook.com/djnobreakfast
http://mixcloud.com/djnobreakfast
http://instagram.com/djnobreakfast


Bookmark and Share

Dim 13 Sept 12:00 – 22:00 ->LAID BACK #1 avec DJ ZHAO, RAFAEL ARAGON, DJ NO BREAKFAST@ Jardin Monplaisir

Samedi 12 septembre 2015


Dimanche 13 septembre – Midi-Minuit – Jardin Monplaisir (centre ville) Boulevard Monplaisir (en face de la péniche Samsara, proche caserne pompiers / musée Labit) / Parking / Métro Ligne B Francois Verdier ou St Michel / Bus : 10, 29, 78, 80 – arrêt Jardin des Plantes / Grand Rond – Vélô Toulouse : station 114☀
DJ SETS / PERFORMANCES / DANSE  INSTALLATIONS / EXPOS / CHILLING & FOODING
PAF : 5€
(conso incluse) ATTENTION – PAS DE CB SUR PLACE!
Restauration (« BBQ Style ») dispo sur place toute la journée & Buvette
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
INFOS : event FB: https://www.facebook.com/events/433838986796037/
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Laid Back [ˌleɪdˈbæk] adj : est souvent employé pour décrire un endroit ou une situation qui est calme, détendu, douce ou informel

Dimanche 14 juin, l’atelier TA, le collectif IPN et l’association Jardin Monplaisir, s’associent pour proposer un événement polymorphe, hors du commun et se retrouver dans le cadre bucolique du Jardin Monplaisir.
Douze heures de voyages, d’expériences et de sonorités baladeuses au bord du canal et en plein centre ville, option transat ou dancefloor, au choix…

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
PROGRAMMATION
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

- DJ SETS -

ZHAO
- [ALL / Berlin] – (Ngoma Sound)

Basé à Berlin, Zhao à d’abord baigné dans la culture techno avant d’embrasser plus largement la tendance global street. Prêt à faire mouche avec ses dernières perles, qu’elles viennent de l’afrohouse, du kuduro angolais, de la naija ou du tribal pre-hispanique.
Essentiellement inspiré des rythmes tribaux et traditionnels, ses mixs (qu’il a notamment présenté au fameux Berghain club ou au Fusion festival) connectent directement orient et occident : il créé même des genres hybrides comme le Gamelan-Step, ou l’Acid-Zouk, un patchwork musical que l’on peut appeler « Futurisme Antique.
A découvrir en exclu pour sa première à Toulouse !

https://soundcloud.com/djzhao/dj-zhao-aztek-digital
http://ngomasound.com/

RAFAEL ARAGON – [FRA / Paris] – (Caballito / Latino Resiste)

Plutôt habitué aux scènes de clubs et autres festivals où il distille sa musique métissée à grand renforts de basses puissantes et de beats syncopés, Rafael Aragon est pourtant également amateur de délicatesses musicales et douces mélopées, quand l’occasion se présente.
Que ce soit en ouverture de concerts ou dans le cadre d’évenements diurnes, il troque volontiers les rythmes trépidants de la Global Bass pour des tempi plus lents et des instrumentations plus profondes. Toujours dans une vision post-moderniste de la musique et une abolition totale des frontières culturelles, Rafael Aragon téléscope les traditions afro-colombiennes de la Cumbia avec les musiques orientales, du Chaabi nord africain au Bhangra du sous continent indien, à grand renfort de dub défricheur et d’un discret psychédélisme, idéal pour un dimanche ensoleillé

https://soundcloud.com/rafiralfiro


DJ NO BREAKFAST
– [FRA / Tlse] – (Guachafita)

Glaneur de sons à tendance monomaniaque, collectionneur de musiques rares des quatres coins de la planète. Le matériau: une collection de disques et de sons en évolution permanente. Glâner des sons, trouver des disques vinyles, fouiller les archives sonores sur le web. Antoine pousse des disques et fait danser les gens. Ses deux priorités: se renouveler sans cesse, ne jamais être là où on l’attend; et ne jamais se prendre au sérieux.

☁ : http://www.mixcloud.com/djnobreakfast
♪ : http://djnobreakfast.tumblr.com/


- PERFORMANCES
-

YS

par le Collectif Volubile ( Ambre Caziers / Loren Coquillat / Pauline Lavergne / Cassandre Munoz / Agathe Thevenot & guests)

L’existence de ce collectif est liée à une envie d’investir un espace, d’en faire un lieu de rencontres inédites où tout est toujours mouvement.

 » Revenu d’un long voyage, il garde le souvenir de cette cité et des créatures qui l’habitent Son récit est celui d’un conte moderne une utopie coincée entre un passé et un futur infinis un autre temps Une brèche
Où les statues bougent
Où les aveugles voient
Où les prisonniers sont libres
Où les héros sont saouls
Où les guerriers dansent  »


- INSTALLATIONS
-

PONG 1D & LEVITATION
- avec le collectif Faux départ -
http://fauxdepart.com/

FRAGILE !
- par Philippe Pitet -
http://kinourendfou.wordpress.com/

FRESQUE
- par Donoteat-
http://www.donoteat.fr/

+ SURPRISES – Atelier TA / Collectif IPN

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
INFORMATIONS PRATIQUES
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

ATELIER TA
(32 rue des jumeaux) : http://atelierta.fr/
COLLECTIF IPN : http://collectif-ipn.net/


Bookmark and Share

La yohimbine du 19 Janvier – Programme.

Mercredi 15 janvier 2014

La « Yohimbine », une émission Toulousaine exclusive sur radio FMR. Tu peux nous écouter sois en streaming (: http://giss.tv:8000/radio-fmr.mp3.m3u) ou sur la bande FM (89,1 MHz-Toulouse), tous les dimanches soirs à partir de 20 h. Sens de l’humour, esprit provocateur, des animateurs vigoureux, des invité(e)s, des billets d’humeur, des rubriques, des chroniques, des découvertes d’artistes musicaux avec un soupçon de musique alternative et beaucoup de rock psychédélique… Voila! La recette de la « Yohimbine ».

Page Facebook de l’émission : https://www.facebook.com/pages/La-Yohimbine-Emission-radio-sur-FMR-8910-Mhz/210105625784295

Nos invité(e)s : Rejane And The Copper Band ♦ Site internet : rejaneandco.com/‎. Jeune femme au regard pétillant et à l’éternel sourire, Réjane et sa joie de vivre nous entraînent dans un univers fantaisiste et pittoresque. Sous sa plume, dès son plus jeune âge déjà, des personnages guidés par des sentiments complexes prennent vie. Les feuillets s’accumulent alors … En écrivant ou en dessinant, elle exprime la vie, l’amour, la générosité ou la plénitude. Sa passion pour le chant et son talent la guident finalement vers de solides projets musicaux. Issus de la rencontre en septembre 2011 avec Robin, guitariste compositeur et arrangeur, les premiers titres originaux proposés par le duo créent un engouement certain qui les poussent vers la scène. Inspiré par les grands classiques, tout comme par les mythes contemporains, Robin mélange et harmonise les styles comme de la peinture sur une toile. Pour rester fidèle aux arrangements des titres, deux musiciens sont recrutés. Didier, percussionniste, et Ludi, bassiste, viennent enrichir la formation qui portera désormais le nom de « Réjane and the Copper band ». En octobre 2012, le groupe se pare de son premier EP « The Reason Why ». Teinté de notes blues et jazzy, il est le parfait alliage entre les sonorités pop rock de Gossip et les mélodies suaves de Norah Jones, fidèle à l’identité musicale du groupe. Avec la sortie du disque, les graphismes et les décors scéniques ont été pensés ou remaniés. Très apprécié du public, un gramophone géant a, par exemple, été confectionné pour les concerts, crachant des volutes de fumée ! Après quelques scènes remarquées telles que le mandala à Toulouse ou le Sunset Sunside jazz club à Paris, décision est prise, dans le courant de l’année 2013, de s’offrir les services de Julien, saxophoniste, et Laetitia, pianiste virtuose, pour le plus grand plaisir du public….

La Chronique de l’éveil par Damien Lopez des « Mazes Architects » : Chronique n°4 – « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». Cette citation de Gandhi porte en elle une grande sagesse. La société que nous formons est faite de chacune des individualités. Comme les cellules d’un organisme, si une cellule évolue, elle aide les autres à en faire de même . Cette rubrique nous présente plusieurs défis : si nous réussissons à être totalement présent et à faire un pas à la fois,  nous réussirons aussi à vraiment appréhender les réalités que sont notre corps énergétique, le lâcher-prise, le pardon et le non-manifeste, etc… C’est que nous saurons nous ouvrir au pouvoir transformateur. Nous nous élèverons rapidement vers les hauteurs où nous pourrons respirer un air plus léger propre à la spiritualité. Même si le périple où nous emmène Damien Lopez présente des défis!

La rubrique musicale parlera de Neils Children – Dimly Lit (2013) : Erratique et chaotique. Audacieuse et insaisissable. Tels sont les termes qui viennent à l’esprit quand il s’agit d’évoquer l’oeuvre et la carrière des Neils Children. Sortes de losers magnifiques lors du renouveau du rock anglais au début de la décennie précédente, le groupe n’a jamais récolté, si ce n’est la gloire, au moins la reconnaissance qu’il méritait. Avec ce genre d’album on évite pas une certaine langueur mais le duo n’hésite pas à varier quelques peu les rythmes sans perdre en cohérence. Ainsi l’instrumental « The Way The Web Was Woven », la synthétique Never Could Be Any Other Way ou la plus pêchue « Trust You » mettent en valeur le travail du groupe sur « Warm Wave », « Spectral » ou « What’s Held In My Hands » pour un résultat tout simplement brillant.
Un retour remarquable. On espère juste que ce Dimly Lit ne sonnera pas comme un chant du cygne.

En écoute ici : http://boudoirmodernerecords.bandcamp.com/album/neils-children-dimly-lit?from=embed

La petite gâterie de la soirée sera « J’ai un billet de 10 yuan dont tous les Chinois ont peur » : C‘est la rubrique des activités immorales, du journalisme d’investigation à deux balles et des débats de merde.

Mao, une rose, un paysage montagneux et des tampons subversifs.

Résumé : J’ai un billet chinois très spécial. Il vaut 10 yuan, mais il se peut qu’il s’agisse de ma possession la plus précieuse. Sur le recto, on voit le portrait dessiné de l’ancien leader du Parti commniste chinois, Mao Tsé-Toung. La rumeur veut qu’il passait chaque nuit avec une fille différente, une fille de paysan vierge, parce qu’il pensait que cela l’empêcherait de vieillir. Mais ce n’est pas ce qui fait de ce billet un objet si spécial. Le truc, c’est que dans un pays qui connaît une croissance économique si rapide, et où tout tourne autour de l’argent, personne n’accepte ce billet. Il n’a pratiquement aucune valeur. Et aujourd’hui, je sais pourquoi…


Bookmark and Share

La yohimbine du 10 Novembre – Programme.

Mercredi 6 novembre 2013

La « Yohimbine », une émission Toulousaine exclusive sur radio FMR. Tu peux nous écouter sois en streaming (: http://giss.tv:8000/radio-fmr.mp3.m3u) ou sur la bande FM (89,1 MHz-Toulouse), tous les dimanches soirs à partir de 20 h. Sens de l’humour, esprit provocateur, des animateurs vigoureux, des invité(e)s, des billets d’humeur, des rubriques, des chroniques, des découvertes d’artistes musicaux avec un soupçon de musique alternative et beaucoup de rock psychédélique… Voila! La recette de la « Yohimbine ».

Page Facebook de l’émission : https://www.facebook.com/pages/La-Yohimbine-Emission-radio-sur-FMR-8910-Mhz/210105625784295

Nos invité(e)s : MAKG ♦ Site internet : https://soundcloud.com/makg-toulanga. Clément est sénégalais, il vit et étudie à Auch. Au printemps 2007, il rencontre Simon, un bigourdan qui revient du Sénégal. Tous les deux ont une passion commune pour la musique et le chant. Leur amitié marque le point de départ de MAKG. Clément a appris à chanter dans les églises chrétiennes de Dakar et c’est un de ses grands frères qui lui a enseigné les rudiments de la guitare. Simon quant à lui, a grandi aux sons de la chanson française, du reggae et du hip-hop qu’il découvre adolescent alors qu’il pratique le dessin et s’intéresse aux spectacles vivants. A 20 ans, il ne résiste pas à l’envie d’aller poser ses textes dans des sound systems de Toulouse. Hiver 2008, Simon retourne au Sénégal, hébergé à Grand Yoff par la famille de Clément. Il enregistre un album avec des artistes sénégalais et avec Paul Ernest Sambou alias Bugz, un music maker Dakarois. A son retour, les deux acolytes décident de collaborer ensemble. Ils chantent et réécrivent leurs textes sur des musiques improvisées, au style nayambigui, folk et reggae. Ils sont rejoints d’abord par Steeve à la basse et à la percussion, puis par Mathieu alias Shakey Mat, un ami harmoniciste de Blues. C’est à cette période qu’ils commencent à façonner leur identité musicale, de la « variété roots sénégauloise ». Le français, le wolof et l’harmonica dialoguent à trois, chacun prenant sa place avec ses textes et ses mélodies, accompagnés par la guitare de Clément et la basse ou la percussion de Steeve.

En 2009, ils forment le groupe MC SERGENT AK GUELWAR, pseudonymes respectifs de Simon1 et de Clément. Ils jouent avec des batteurs intérimaires pendant deux ans, ils rencontrent Eddy un pianiste expérimenté et proposent à Djibril, un danseur qui les accompagne, d’assurer les percussions. Le groupe est parfois accompagné par une guitare lead. Ensemble ils réarrangent une douzaine de leurs compositions aux influences reggae, hip-hop et folk dont les thèmes sont inspirés d’histoires autobiographiques. Mc Sergent et Guelwar y parlent de leurs indignations mais aussi de leurs espoirs face aux injustices sociales. Ils effectuent leurs premiers concerts l’été 2009. Durant l’hiver Simon, Clément, Djibril et Mathieu séjournent un mois au Sénégal où ils jouent en acoustique, chez l’habitant, au Café des Arts de Thiès et au théâtre Daniel Sorano de Dakar ! A leur retour ils créent l’association TOULANGA DIFFUSION avec laquelle ils produisent quatre titres fin 2010 qu’ils diffusent sur internet et à leurs concerts. En deux ans, MC SERGENT AK GUELWAR a effectué plusieurs concerts en région Midi-Pyrénées, dans des soirées privées, pour des associations, des comités des fêtes, dans des bars, des festivals et des salles de musiques actuelles. L’accueil du public est toujours chaleureux et encourageant. Le groupe veut faire plus de scènes et continuer à composer, mais le turn-over de batteurs freine sa progression. Au printemps 2011 le groupe se stabilise enfin, avec l’arrivée de Laurent leur batteur et grâce au soutien de la MJC des Ponts Jumeaux de Toulouse et du Pôle musical BE ACOUSTIC de Tournefeuille. Ils offrent au groupe des moyens de répétition et font la promotion de sa musique ainsi que de TOULANGA DIFFUSION. MC SERGENT AK GUELWAR change de nom et devient MAKG. Le groupe compose et arrange MC SERGENT AK GUELWAR change de nom et devient MAKG. Le groupe compose et arrange des morceaux. En 2013, il enregistre son premier album « Demain est dans nos mains » au studio associatif WOODIE avec Sébastien à la technique. L’album est mixé et masterisé par Bugz au studio DJIDJACK MUSIC de Dakar. des morceaux.

Le billet d’humeur sera «  Je ne sais rien, mais je dirai tout » : Quelle époque formidable ! La leader d’extrême droite (oops, procès en vue) n’aime pas les barbes et les habits des otages d’Arlit. Délit (ou délire) de faciès et de vêture, ça c’est de la dé-diabolisation, mon coco (oops, pardon, mon facho). Madame la blonde leader à grosse voix prétend une fois encore dire tout haut ce que les Français pensent tout bas. Oui, tout bas, très très très bas, à peu près au niveau de l’égout. Une gamine de la manif pour tous accueille la grande Christiane Taubira avec une banane, “pour la guenon”.  Pfff… J’ai la nausée! Passez-moi la cuvette. Merci, ça va mieux.

La rubrique musicale parlera de « Ty Segall – Sleeper (2013) » : Les années se suivent et se ressemblent pour le petit prince de la scène californienne qui sort donc avec Sleeper son 10e album en 5 ans avant le tout autant attendu premier album de Fuzz, son nouveau groupe . Après le triplé gagnant (Hair, Slaughterhouse et Twins) de l’an passé qui l’aura vu changer de division des deux côtés de l’Atlantique, on était curieux de connaître la teneur de ce Sleeper. Ty Segall offre un nouvel album en tout point remarquable, une preuve supplémentaire du talent hors-norme de son auteur. En écoute ici : http://youtu.be/kQZvpkNjA2o

La petite gâterie de la soirée sera «  Les chats sont-ils des espions à la solde des extraterrestres ? » : C’est la rubrique des activités immorales, du journalisme d’investigation à deux balles et des débats de merde.

Une enquête des plus sérieuses sur les théories conspirationnistes qui circulent sur le Net

Résumé : Ces grands yeux enregistrent-ils chacun de vos mouvements pour le compte de leurs maîtres extraterrestres ? Une théorie conspirationniste dit que oui. Image de Keith Kissel via Wikimedia Commons. Prenez garde, peuple des chats. Une théorie en plein essor sur Internet vous demande des comptes. Ce n’est pas celle qui dit que la grande popularité des chats auprès des humains est due à des parasites présents dans leur merde, bien que cela soit déjà très inquiétant. C’est pire que ça.

Il semblerait que les chats domestiques soient des sentinelles extraterrestres envoyées pour nous espionner et rapporter leurs moindres découvertes à la maison-mère – ou, comme le posent certains théoriciens, ils sont les yeux des extraterrestres.



Bookmark and Share

La yohimbine du 3 Novembre – Programme « Special Halloween »

Mardi 29 octobre 2013

La « Yohimbine », une émission Toulousaine exclusive sur radio FMR. Tu peux nous écouter sois en streaming (: http://giss.tv:8000/radio-fmr.mp3.m3u) ou sur la bande FM (89,1 MHz-Toulouse), tous les dimanches soirs à partir de 20 h. Sens de l’humour, esprit provocateur, des animateurs vigoureux, des invité(e)s, des billets d’humeur, des rubriques, des chroniques, des découvertes d’artistes musicaux avec un soupçon de musique alternative et beaucoup de rock psychédélique… Voila! La recette de la « Yohimbine ».

Page Facebook de l’émission : https://www.facebook.com/pages/La-Yohimbine-Emission-radio-sur-FMR-8910-Mhz/210105625784295

Nos invité(e)s : Holy Spank ♦ Site internet : http://www.myspace.com/holyspankmusic. Un groupe énergique de garage rock aux riffs ravageurs qui vous colle au plafond « Chuck Berry, Iggy Pop, AC/DC, The Jim Jones Revue et Joy Division qui se mettent sur la gueule ! » est la définition préférée de The Holy Spank. Le groupe a pour caractéristique la bonne humeur qu’il fait partager à son public, possibilité offerte à The Holy Spank grâce à l’expérience bien trempée de chacun des musiciens. Le groupe a la réputation d’effectuer des sets énergiques en emportant le public avec lequel il aime s’amuser. La devise du groupe avant de monter sur les planches : « Le risque nous fait voir la mort, et gouter la vie ! » Rejoins par de nouveaux musiciens, le groupe est formé depuis avril 2012 en l’état, et a à son actif plusieurs dizaines de concerts.

La rubrique musicale parlera de « Human Eye – Into Unknown (2013) » : A l’écoute de ce Into Unknown, on l’avoue, on a failli parler d’embourgeoisement pour la bande à Timmy Lampinen. Bon, quiconque suit la carrière de ce trublion du rock sait que cela ne veut rien dire, quand bien même il s’agit de son essai le plus abordable à ce jour. Déjà, They Came from The Sky avait marqué une évolution par rapport à ses productions habituelles. On parlera donc avec ce Into Unknown de rupture, les morceaux apparaissant plus apaisés qu’auparavant. Pour faire simple, avec Into Unknown on est à mi-chemin entre Human Eye et son dernier enregistrement sous le nom de Timmy’s Organism.

En écoute ici : https://soundcloud.com/gonerrecords/human-eye-gettin-mean-human#t=2:50

Le billet sanglant  sera « Horreurs boréales » featuring Solange : Le nombre de suicides est plus élevé au Groenland que nulle part ailleurs sur cette planète. Le plus dérangeant, c’est que ce sont les enfants et les ados qui font grimper ces statistiques. Les autorités du Groenland ont officiellement utilisé le terme « épidémie » pour qualifier la situation. Et même s’il y a beaucoup de théories sur le sujet, personne encore n’a su mettre le doigt sur ce qui fait que ces gamins ne supportent pas l’idée de rester en vie. Un peu de sang inuit du Groenland coule dans mes veines, mais j’ai grandi confortablement en France, c’est pourquoi j’ai éprouvé le besoin d’essayer de comprendre ce qui se passe là-bas.


La petite gâterie de la soirée sera « Anneliese Michel, la vrai histoire d’emily rose!  » : C’est la rubrique des activités immorales, du journalisme d’investigation à deux balles et des débats de merde. Résumé : Anneliese Michel (1952 – 1976) est une jeune Allemande catholique sur laquelle fut pratiqué un exorcisme et qui mourut la même année après avoir arrêté tout traitement médical et psychiatrique. Sa vie a servie de modèle pour les films L’Exorcisme d’Emily Rose (film de Scott Derrickson sorti en 2005) et Requiem (film de Hans-Christian Schmid sorti en 2006).

Depuis sa naissance le 21 septembre 1952, Anneliese Michel avait une vie normale. Elle était de confession religieuse. Du jour au lendemain, sa vie bascula un jour de 1968 quand elle a commencé à trembler et à ne plus savoir contrôler son corps. Lors de ses crises, elle perdait sa voix, elle ne savait plus appeler ses parents pour avoir de l’aide. Un neurologue a diagnostiqué qu’elle souffrait d’un grand mal : l’épilepsie et elle a été admise à l’hôpital pour un traitement.

Après ses premières attaques, elle a commencé à voir des visages, des grimaces démoniaques lors de sa prière journalière. Dès lors, elle savait que le mal qui l’a rongeait était une possession. Elle entendait des voix. Les démons lui donnaient des ordres. Et Anneliese en a parlé aux médecins qui ne savaient plus comment l’aider. C’est à ce moment précis, qu’elle a perdu toute confiance en la médecine.


Bookmark and Share

La yohimbine du 27 Octobre – Programme.

Mercredi 23 octobre 2013

La « Yohimbine », une émission Toulousaine exclusive sur radio FMR. Tu peux nous écouter sois en streaming (: http://giss.tv:8000/radio-fmr.mp3.m3u) ou sur la bande FM (89,1 MHz-Toulouse), tous les dimanches soirs à partir de 20 h. Sens de l’humour, esprit provocateur, des animateurs vigoureux, des invité(e)s, des billets d’humeur, des rubriques, des chroniques, des découvertes d’artistes musicaux avec un soupçon de musique alternative et beaucoup de rock psychédélique… Voila! La recette de la « Yohimbine ».

Page Facebook de l’émission : https://www.facebook.com/pages/La-Yohimbine-Emission-radio-sur-FMR-8910-Mhz/210105625784295

Nos invité(e)s : I Me Mine ♦ Site internet : http://www.imemine.fr/. Un savant mélange de POP 60′s et de sons modernes : telle est la composition de la musique d’I Me Mine. Les solos de basse ravageurs appuyés par un groove nerveux portent les mélodies accrocheuses et les accords de guitare folk dans un tourbillon d’énergie auquel le public ne peut résister…

La rubrique musicale parlera de « Feeling Of Love – Reward Your Grace (2013) » : Mieux vaut tard que jamais. Cet axiome devrait servir de devise au blog tant on met de temps, parfois, à chroniquer un disque. Ce Reward Your Grace des frenchies de Feeling Of Love trône sur nos étagères (et sur la platine) depuis de trop longs mois pour que l’on retarde plus longtemps l’heure d’en parler. Et pour cause, puisqu’il s’agit tout simplement d’un des disques les plus marquants sortis dans nos contrées cette année. Paru chez Born Bad Records, ce Reward Your Grace est révélateur des progrès qu’a accompli le groupe depuis Dissolve Me en 2011. La sortie d’un split single avec Ty Segall l’an passé augurait déjà du meilleur, les Feeling Of Love confirment ici tous les espoirs que l’on avait placé en eux.

En écoute ici : http://thefeelingoflove.bandcamp.com/album/reward-your-grace?from=embed

Le billet d’humeur sera « Se taper un petit jeune » featuring Solange : A 30 ans, je peux officiellement revendiquer un statut de puma. Pas la pompe, ni la bête, la femme. C’est comme une cougar, mais avec 10-15 ans de moins au compteur. Je peux donc, en vertu de mon grand âge, draguer du petit jeune de 10 piges mon cadet, me le taper sur la moquette du salon, et le maltraiter psychologiquement, sans même passer une seule nuit en garde à vue. Dément.

La petite gâterie de la soirée sera « Une soirée de fou » : C’est la rubrique des activités immorales, du journalisme d’investigation à deux balles et des débats de merde. Résumé : La Bamboula dans un asile psychiatrique !

Le deuxième mercredi de chaque mois, la clinique Wahrendorff, un hôpital psychiatrique situé à Kötenwald, en Allemagne, devient la discothèque la plus improbable du monde. La grande salle est débarrassée de ses meubles et se transforme en boîte de nuit : tout le monde se met sur son trente et un, les gens dansent, picolent, flirtent, draguent et font n’importe quoi. La principale différence, c’est qu’ici il est plutôt facile d’entrer à l’intérieur de la boîte; le plus dur, c’est  d’en sortir.


Bookmark and Share

La yohimbine du 20 Octobre – Programme.

Mercredi 16 octobre 2013

La « Yohimbine », une émission Toulousaine exclusive sur radio FMR. Tu peux nous écouter sois en streaming (: http://giss.tv:8000/radio-fmr.mp3.m3u) ou sur la bande FM (89,1 MHz-Toulouse), tous les dimanches soirs à partir de 20 h. Sens de l’humour, esprit provocateur, des animateurs vigoureux, des invité(e)s, des billets d’humeur, des rubriques, des chroniques, des découvertes d’artistes musicaux avec un soupçon de musique alternative et beaucoup de rock psychédélique… Voila! La recette de la « Yohimbine ».

Page Facebook de l’émission : https://www.facebook.com/pages/La-Yohimbine-Emission-radio-sur-FMR-8910-Mhz/210105625784295

Nos invité(e)s : Franz Robert Wild ♦ Site internet : http://www.franzwild.com/. Introduction de Stéphane Guibourgé parlant de Franz Robert Wild. C’est un homme et sa guitare, ses textes, ses compositions. Un artiste et un artisan. Il remet la main à l’ouvrage, sans cesse, tente, se trompe parfois, reprend, puis achève toujours son travail –et c’est chaque fois une réussite. C’est un homme et son rêve. Sa détermination, douce et inflexible. Un homme qui tient son cap, jamais tout à fait seul, mais solitaire malgré tout. Les heures passées à écrire, les enregistrements dans son studio-pigeonnier parmi les collines, le soleil et le vent, les titres qui s’enchaînent. Qui s’égrainent plutôt. Sablier, sensuel chapelet, jeu de go… Slide et dobro, riffs électriques, cœur chahuté, voix rescapée… C’est une longue route. Semé d’embuches, de chemins des écoliers, de chemins de traverse, d’échappées belles surtout. Une seule et même mélodie, tissée jour après jour, nuit après nuit. Scènes, festivals, concerts… Obscurité, lumière, pénombre. Beaucoup de soleil. Une longue route au plus près des éléments. Au plus près du cœur aussi. C’est une affaire de générosité. C’est un homme qui ne sait que sourire. Qui ne sait que donner. Alors, c’est une histoire de rencontres. Dylan en 93, Cabrel et Magyd Cherfi en 2006, Toni Childs en 2008, Dick Rivers dont il assure la première partie à l’Olympia en mars 2012. Alors c’est une histoire d’amitié. Oli Le Baron –divin marquis de la guitare, icône dandy rock, fait son apparition. Il jouera, produira les titres du disque de cet homme-là. C’est l’histoire d’un premier album. Une histoire de poussière, d’amours perdues, de sang séché comme parfois sèchent les larmes. Un folk profond qui sait troubler et déchirer le cœur comme un ancien blues. Entre ciel et collines du Sud de la France, un air du Delta, un écho Native American, une mélancolie européenne… C’est lui tout entier. C’est en anglais. Heart and Soul. C’est the French House, le premier Long Player de cet homme-là. C’est Franz Robert Wild!

Son premier album « The French House » à été finalisé par Oli le Baron, Jezz et lui-même au printemps 2013. En tant qu’artiste autoproduit, Franz cherche un éditeur pour cet album et les projets qui suivent. Une série de live aura lieu durant l’hivers et se poursuivra durant l’été 2014.

Manageuse: Sandra-Niobé Cazettes : 0601444433

La rubrique musicale parlera de « Pond – Beard, Wives, Denim (2012) » : Depuis que l’on a appris que Jack Watson et Nick Allbrook de Tame Impala et leur acolyte Joseph Ryan étaient entrés en studio pour enregistrer le successeur de Frond, il faut bien avouer que l’on trépignait d’impatience.
Il faut dire qu’avec son rock aux ambitions stratosphériques nourrit de mille et une influences mais fort d’une identité propre, une nouvelle livraison de Pond avait tout de la bonne surprise à venir. Surtout que Pond comme leurs jumeaux de Tame Impala (Kevin Parker l’autre Tame Impala mixe l’album) ou les canadiens de Wolf People fait partie de ces groupes qui peuvent sonner seventies sans forcément sonner grossier (The Raconteurs ?). Beard, Wives, Denim malgré quelques petits écueils qui font qu’on lui préférera son prédécesseur, constitue néanmoins un très bon album que l’on conseillera d’acheter pour une raison extrêmement simple : vous en connaissez beaucoup vous des disques qui réussissent littéralement à vous transporter de la sorte ? Pond continue d’écrire avec élégance et classe la bande son d’une épopée cosmique.

En écoute ici : http://grooveshark.com/#!/album/Beard+Wives+Denim/7704833

Le billet d’humeur sera « Leroy Merlin et le tube en PVC » : Il devait passer entre huit heures et treize heures, alors évidemment, j’aurais pu envoyer des emails, apprendre à faire un clafoutis, réparer la cuvette des chiottes ou lire la bio de BHL, mais mon cerveau tout entier était occupé à attendre que la sonnette fende l’air, aussi, je ne faisais rien.

J’étais comme un chien guettant le facteur, prête à sauter par dessus le portillon pour lui mordre les mollets. Cela dit, je ne faisais pas qu’attendre, car en plus de ne rien foutre, je mettais à mal le combat féministe, par l’objet même de mon expectative. Néanmoins, je ne portais pas de soutien-gorge. J’étais encore en peignoir, trop occupée à guetter le portillon depuis l’aube pour pouvoir me laver. J’avais également très envie de faire pipi, mais je flippais de cette statistique qui me colle aux gencives : ça sonne toujours au moment où je tire la chasse d’eau, donc si la personne ne sonne qu’une fois, je peux la rater. Jurisprudence huissier du RSI 2009,

La petite gâterie de la soirée sera « On a passé la nuit à empêcher des bouseux anglais de buter des blaireaux » : La rubrique des activités immorales, du journalisme d’investigation à deux balles et des débats de merde. Résumé : La guerre est déclarée au cœur des campagnes anglaises. D’un côté, on a un groupe qui aime les blaireaux ; de l’autre, une bande de ruraux qui détestent ces petits omnivores et veulent anéantir leur existence avec des fusils de calibre 12. Depuis le mois de juin dernier, les habitants du Somerset et du Gloucestershire se sont attelés à l’éradication des blaireaux, un massacre que l’Union nationale des fermiers (UNF) juge nécessaire pour protéger les vaches de la tuberculose – une maladie que les blaireaux peuvent leur transmettre. L’UNF a engagé des tireurs d’élite pour tuer autant de blaireaux que possible. Si la stratégie fonctionne, le massacre pourrait s’étendre à tout le pays. Sans surprise, les militants pour les droits des animaux n’ont pas réagi positivement à cette nouvelle. Ils ne sont pas convaincus par l’argument selon lequel les blaireaux devraient mourir pour sauver la vie des vaches et ont juré de mener un long et combat pour protéger leurs copains blaireaux. Un de ces militants s’appelle Drew, et il a gentiment accepté de m’emmener sur le front, dans le Gloucestershire.


Bookmark and Share

La yohimbine du 13 Octobre – Programme.

Mercredi 9 octobre 2013

La « Yohimbine » , une émission Toulousaine exclusive sur radio FMR. Tu peux nous écouter sois (en streaming : http://giss.tv:8000/radio-fmr.mp3.m3u) ou sur la bande FM (89,1 MHz) tous les dimanches soirs à partir de 20 h. Sens de l’humour, esprit provocateur, des animateurs vigoureux, des invité(e)s, des billets d’humeur, des rubriques, des chroniques, des découvertes d’artistes musicaux avec un soupçon de musique alternative et beaucoup de rock psychédélique… Voila! La recette de la « Yohimbine ».

Page Facebook de l’émission : https://www.facebook.com/pages/La-Yohimbine-Emission-radio-sur-FMR-8910-Mhz/210105625784295

Nos invité(e)s : Roze ♦ Site internet : http://www.roze-music.com/. Le trio Roze s’affirme comme un des groupes émergents les plus prometteurs de la scène rock Toulousaine, avec une trentaine de concerts à leur actif, plusieurs tremplins gagnés, des passages sur différentes radio et un Ep réalisé en studio en seulement un an d’existence. Ces jeunes artistes talentueux développent un rock lyrique entre mélodies romantiques, accalmies précaires, grooves funky et orages électriques. Roze surprends autant par la fraîcheur de sa musique que par l’énergie qu’il dégage lors de ses concerts survoltés.

La rubrique Musicale parlera de « The Amazing – Gentle Stream (2012) » : Je ne sais pas pour vous mais nous, de temps en temps, on éprouve le besoin d’écouter ce que l’on appellera de la musique de salon : un disque contemplatif, éthéré, que l’on écoute calé dans son fauteuil en cuir, un verre de Macallan 18 ans à la main (avec un canapé/clic clac et un 12 ans moins onéreux, ça marche aussi). Au final un disque éminemment sympathique, qui procure un sentiment d’allégresse, repose les neurones, juste ce qu’on lui demande. Sans plus.

https://soundcloud.com/partisan-records/the-amazing-gentle-stream-1

Le billet d’humeur sera « Etre un homme après DSK » : Cette affaire Strauss-Kahn a provoqué en moi une colère dont je ne parvenais pas à trouver la source jusqu’à ce que je lise ce  tweet. 

La petite gâterie de la soirée sera « Comment envoyer des sextos sans passer pour un trou du cul ou pire, un pervers » : La rubrique des activités immorales, du journalisme d’investigation à deux balles et des débats de merde.

Résumé : Il y a des choses que tout le monde devrait savoir faire passé 16 ans : cuisiner des bâtonnets de cabillaud, se repérer dans la ville où vous habitez, se délecter d’une gueule de bois et envoyer des SMS signifiant votre envie de baiser – ce que de tristes personnes appellent « sexter ». Quiconque pense qu’il peut traquer la personne qu’il convoite sans utiliser son téléphone se méprend méchamment. Envoyer des « sextos » est important, au même titre que se laver et s’habiller. Ce n’est donc pas réservé aux prédateurs sexuels – les footballeurs, en tête de liste – ou aux filles qui aiment branler les étudiants en Erasmus dans leur chambre de bonne. Faire comprendre à votre interlocuteur iChat à quel point vous avez envie de vous désaper avec elle est un atout que vous allez devoir apprendre à maitriser.


Bookmark and Share