Archive pour le mot-clef ‘merde’

La yohimbine du 26 Janvier – Programme.

Mercredi 22 janvier 2014

La « Yohimbine », une émission Toulousaine exclusive sur radio FMR. Tu peux nous écouter sois en streaming (: http://giss.tv:8000/radio-fmr.mp3.m3u) ou sur la bande FM (89,1 MHz-Toulouse), tous les dimanches soirs à partir de 20 h. Sens de l’humour, esprit provocateur, des animateurs vigoureux, des invité(e)s, des billets d’humeur, des rubriques, des chroniques, des découvertes d’artistes musicaux avec un soupçon de musique alternative et beaucoup de rock psychédélique… Voila! La recette de la « Yohimbine ».

Page Facebook de l’émission : https://www.facebook.com/pages/La-Yohimbine-Emission-radio-sur-FMR-8910-Mhz/210105625784295

Nos invité(e)s : Anas Abid ♦ Site internet : http://anasabid.bandcamp.com/. Sombre, torturé, glauque : tels sont les termes qui définissent le mieux mon univers musical. Que ce soit dans les textes où les mélodies, tout ceci transparaît dans ma musique. Être autodidacte depuis mes débuts m’a permis de m’affranchir de toutes les barrières et de proposer un style et un univers propre à moi-même. Enfin, ma double culture tuniso-française me permet de me différencier de mes pairs. Ma motivation et ma persévérance ont été récompensés après des années d’efforts par un contrat d’endorsement avec la marque Laboga que je représente fièrement dans toute la France et dans le monde et des chroniques dithyrambiques dans les plus importants webzines et magazines spécialisés. Ayant été bercé dès mon jeune age par la musique orientale et le metal, je m’efforce de mettre en avant mes origines. La fureur et l’énergie du metal m’attire tout autant que la joie ou la mélancolie que l’on retrouve dans la musique classique et la musique arabe, ainsi que les musiques du monde. J’essaye ainsi de proposer un mélange original dans tous mes projets musicaux, en faisant en sorte d’avoir une vraie identité sonore et de proposer une musique riche et travaillée, et non banale pour toucher le plus de monde possible.

La Chronique de l’éveil par Damien Lopez des « Mazes Architects » : Chronique n°5 – « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». Cette citation de Gandhi porte en elle une grande sagesse. La société que nous formons est faite de chacune des individualités. Comme les cellules d’un organisme, si une cellule évolue, elle aide les autres à en faire de même . Cette rubrique nous présente plusieurs défis : si nous réussissons à être totalement présent et à faire un pas à la fois,  nous réussirons aussi à vraiment appréhender les réalités que sont notre corps énergétique, le lâcher-prise, le pardon et le non-manifeste, etc… C’est que nous saurons nous ouvrir au pouvoir transformateur. Nous nous élèverons rapidement vers les hauteurs où nous pourrons respirer un air plus léger propre à la spiritualité. Même si le périple où nous emmène Damien Lopez est un long voyage !

La rubrique musicale parlera de Swamp Dogg – Total Destruction (1970), Rat On (1971) et Gag A Maggot (1973) : Swamp Dogg, de son vrai nom Jerry Williams, est un artiste de soul qui se voit (du moins trois de ces albums) réédité par l’estimable label Alive Records. Un artiste pour lequel le mot culte ne sonnera pas galvaudé. Figure emblématique de la southern soul, il décide à la fin des sixties de s’affubler du nom de Swamp Dogg et de sortir des albums sous ce nom, influencé notamment par le côté satirique d’un certain Frank Zappa. Un humour grinçant qui transparaît des titres présents sur les trois disques désormais magnifiquement réédités. D’ailleurs, à la vision des pochettes, vous aurez compris que le gaillard aime aussi la plaisanterie, ce qui tombe plutôt bien, nous aussi.

Sorti en 1970, Total Destruction To Your Mind est le premier disque de Jerry Williams et pour un premier essai c’est un coup de maître.

1 En écoute ici : http://grooveshark.com/#%21/album/Total+Destruction+To+Your+Mind/3576138. A l’écoute de ce disque, on a du mal à comprendre : comment un tel chef d’oeuvre a pu être oublié de tous, à l’exception d’une poignée de spécialistes ? Aux confluents de différents courants, porté par un groupe impeccable, interprété par un Jerry Williams qui n’a rien à envier à ses prédécesseurs ou contemporains, cet album jouit en plus d’une production aux petits oignons ! C’est à n’y rien comprendre.

2 En écoute ici : http://www.deezer.com/album/6442653 : Dès l’année suivante, sort Rat On à la pochette magique. Non messieurs les censeurs, il ne s’agit pas de la pire pochette du monde mais du graphisme qui sied parfaitement au contenu du disque, et à la folie (douce) de son auteur.

3 En écoute ici : http://www.deezer.com/album/6497356 : Troisième album réédité par Alive Records (et 4e album de l’artiste), Gag A Maggot sorti en 1973, voit Swamp Dogg faire évoluer légèrement sa formule, les guitares se font plus funky, les morceaux commencent à s’étirer (trois titres dépassent les cinq minutes).

La petite gâterie de la soirée sera « Le stage de merde non rémunéré dans la police américaine » : C‘est la rubrique des activités immorales, du journalisme d’investigation à deux balles et des débats de merde.

Le seul truc cool : ils vous fournissent un flingue et un badge.

Résumé : À Oakland, en Californie, les autorités en charge du logement cherchent des policiers capables de patrouiller dans leurs quartiers et d’« assurer tous les devoirs d’un officier de police » – ce qui comprend notamment « l’éradication de la drogue » et la responsabilité des « évictions et autres mesures du même ordre ». Les candidats disposant d’une expérience dans « l’utilisation sécurisée d’armes à feu » sont vivement encouragés à déposer un dossier de candidature.


Bookmark and Share